Qu’est-ce qu’une donnée de santé à caractère personnel ?

numerisation des dossiers médicaux
> conseil > dematerialisation

Définition d’une donnée à caractère personnel

Le cadre juridique est défini par l’article 2 de la loi « Informatique et Libertés ». Toute information liée à une personne physique et qui permet de l’identifier, directement ou indirectement, est considérée comme une donnée à caractère personnel.

Ainsi, le nom et le prénom d’une personne, mais aussi son numéro de sécurité sociale, son matricule (pour un service RH), son adresse postale, son numéro de téléphone, ses adresses email et IP… sont considérées comme des données à caractère personnel.

Dans certains cas, c’est le recoupement de plusieurs informations qui peut permettre d’identifier la personne : par exemple une date et un lieu de naissance.

Focus sur la donnée de santé à caractère personnel

En plus des exemples cités précédemment, certaines informations spécifiques, comme le numéro de patient, le dossier médical, des résultats d’analyse… sont des informations de santé à caractère personnel. Certains éléments, tels la date de naissance et de décès, le code postal du domicile… permettent indirectement l’identification du patient.

Ces données peuvent être anonymisées afin de ne pas permettre d’identifier le patient. Toutefois certains éléments sont particulièrement sensibles car elles sont susceptibles de permettre la ré-identification du patient.

Un projet démat santé ? Contactez nous !

En savoir plus sur notre solution dossiers médicaux

Quelles sont les exigences spécifiques liées à la gestion de données de santé à caractère personnel ?

Du fait de leur caractère extrêmement sensible, les données de santé font l’objet d’une protection particulière. Outre le respect de la vie privée, les établissements de santé et plus largement tout le monde médical / paramédical sont tenus par la loi de respecter le secret médical et de ne divulguer strictement aucune information relative à leur patient. Cela vaut pour les informations relatives à la santé du patient mais aussi pour celles plus générales.

D’autre part, les établissements doivent tout mettre en œuvre afin de :

Le Code de la Santé Publique, la CNIL, la loi Informatique et Libertés… encadre le traitement des données de santé. Leur externalisation auprès de prestataires spécialisées est autorisée dans la mesure où ces derniers possèdent l’agrément HDS : Hébergeur de Données de Santé.

Pour aller plus loin :

Livre Blanc « Archives de Santé : Réglementation et bonnes pratiques »

Ce livre blanc signé LOCARCHIVES aborde les points suivants :

  • panorama du cadre légal des archives et données personnelles de santé
  • définition du périmètre des archives de santé
  • quels agréments et certifications exiger pour externaliser les dossiers médicaux et les données personnelles de santé
  • 12 bonnes pratiques pour réussir son externalisation
Télécharger le livre blanc
Découvrez nos actualités thématiques
transformation digitale
26.06.2019

Qu'est-ce que le programme VITAM ?

Le programme VITAM (Valeurs immatérielles transmises aux archives pour mémoire) est issu d’une collaboration étroite entre les ministères des Affaires…

Voir plus
ma santé 2022 hop en numerique
26.06.2019

Ma Santé 2022 & Hop’En : le virage numérique du système de santé français

Le 22 mars 2019, l’Assemblée Nationale a adopté un nouveau projet de loi, Ma Santé 2022, porté par le Ministère…

Voir plus
SAE et GED
02.05.2019

Les différences entre la GED et le SAE

Les SAE sont souvent confondus avec la GED. Retrouvez ci-dessous les différences et surtout les complémentarités de ces deux solutions…

Voir plus
11.12.2018

La destruction des archives à l'heure du RGPD : entre performance et conformité

La destruction des archives fait partie du sort final, dernière étape du cycle de vie des archives. Souvent négligée, elle…

Voir plus
Les sites du Groupe ARCHIVECO